Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 09:03

Le 28 octobre 2008, nous faisons une demande officielle de rendez-vous au député de notre circonscription, Patrick BEAUDOIN.

Ne voyant rien venir, nous avons plusieurs fois relancé, en vain, son cabinet en mairie de Saint Mandé.

Surprise, nous venons de recevoir un courrier daté du 7 janvier 2009, soit plus de 2 mois après notre demande …

Nous souhaitions un vrai entretien avec un vrai débat et non pas une explication de texte écrite.

Nous sommes assez grands pour lire et comprendre un texte de projet de loi.

Patrick BEAUDOIN se serait-il poliment défilé ?

 

Revenons à ce courrier, belle explication de texte, communication politique parfaite, faites-vous votre propre opinion en le lisant.

Qui serait concerné : des locataires, comme vous et nous, en fin de vie professionnelle ou en début de retraite, qui seraient expulsés, vous trouvez cela normal ?

Allez demander un prêt et aurez-vous envie de le faire, pour acheter une maison ou un appartement quand vous avez autour de 60 ans ?

Nous le répétons, nous sommes à 200% pour la construction de nouveaux logements sociaux, pour une gestion objective et humaine de ce patrimoine mais pas dans les conditions de la loi Boutin.

 

Pour mémoire, la circonscription de notre Député inclut les villes de Saint Mandé, Vincennes et Fontenay-sous-Bois.

Qu'en est-il chez nos voisins :

-    Saint mandé : 9% de logements sociaux,

-    Vincennes : 7%,

-    Fontenay-sous-Bois : 33%

Pour information, Saint Maur-des-Fossés, notre "Vésinet" local ferme la marche du Val-de-Marne avec 5,4% de logements sociaux sur son territoire.

Un article de 2006 et ses commentaires, sur un blog Saint-Maurien est édifiant à lire.

La loi SRU impose un minimum de 20% de logements sociaux pour les villes de plus de 3.500 habitants; si ce chiffre n'est pas atteint, la ville concernée doit payer une pénalité financière.
730 communes françaises de plus de 3.500 habitants n'atteignent pas ce seuil de 20%; cela a engendré 31 millions € de pénalités.

Certains édiles et leurs équipes ont clairement choisi leur camp.

 

En conclusion, une écoute en service minimum et aucun soutien à attendre de notre Député, nous nous y attendions, nous nous en souviendrons.

 

Pour réagir, utilisez le lien "ajouter un commentaire" sous cet article, en bas, à droite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Amicale des 17 Henriettes - dans Loi Boutin
commenter cet article

commentaires

Jacouille 94 25/01/2009 11:59

Monsieur INSINGA
Je suis tout à fait d'accord avec votre analyse de la fréquentation des manifestation concernant ce problème, mais l'une des causes, sinon la principale, n'est-elle pas la désinformation qui règne à tous les niveaux ( contradiction muselée par le gouvernement, médias qui préfèrent parler des états d'âme de Laure MANAUDOU), entretenant de ce fait les français dans une torpeur dont même la crise grave qui s'annonce ne semble pas les faire sortir ?
Bravo à marc Rolland pour son commentaire pertinent et notamment pour sa conclusion qui rejoint tout à fait ce que beaucoup de gens pensent sans pour autant oser le dire, tant il est vrai que le vrai pouvoir, maintenant en France, est le pouvoir de nuisance !

INSINGA François 24/01/2009 20:35

Monsieur NAPOLEON III ferait mieux de s'attaquer aux marchands de sommeil, dont les Mairies paient un tarif exorbitant pour loger des gens dans des conditions indignes de notre pays.
Ce qui est navrant, c'est la non mobilisation contre cette loi.
Lors de la dernière manifestion, il y avait trop peu de monde; les jeunes sont plus courageux que leurs parents.
nous vous rappellons qu'une nouvelle manif aura lieu le mardi 27/ 01 a 17h30 .

marc rolland 24/01/2009 15:30

Monsieur le Député joue sur du velours-les bénéficiaires de loyers sociaux ne vont pas susciter la moindre sympathie par ces temps difficiles. Et personne ne peut défendre dans certains cas des loyers qui restent très bas alors que les revenus ont nettement augmenté.
Mais tout d'abord, ces rattrapages peuvent s'effectuer progressivement, et non avec la brutalité qui semble être la marque de fabrique de ce gouvernement. Est-il normal que dans beaucoup de cas les nouveaux barêmes ne soient connus que lorsqu'il est trop tard pour prendre d'autres dispositions? Aucun bailleur privé ne pourrait s'autoriser de tels procédés.
Plus généralement, la fluidité et le mouvement, réclamés à corps et à cri pour le logement social butent sur deux obstacles. Tout d'abord la tendance toute humaine à vouloir se maintenir dans son logement, dans son quartier. A moins de faire du logement social un simple point de passage avant l'accession au privé, ou à la propriété, ces aspect ne devrait pas être négligé. Et deuxièmement, pour que mouvement il y ait, c'est l'ensemble du marché immobilier qu'il faudrait fluidifier.
Le logement c'est trop cher, s'écrie notre Président (je passe sur l'incongruité qui consiste à convoquer le verbe présidentiel à l'appui tout et de n'importe quoi...) Certes, mais que ne sermonne-t-il pas les bailleurs privés ou les vendeurs, toujours accrochés à des estimations bullesques, pour qu'ils rabaissent leurs prétentions. Comme ces méchants banquiers à qui l'on a fait renoncer à leurs primes! Car la mobilité souhaitée n'est possible que si les locataires "trop" aisés du parc social peuvent louer ou acheter dans le privé. Force est de constater que pour Paris et sa proche banlieue, il n'en est rien.
On aura libéré des logements pour les plus nécessiteux, et ces "bons" pauvres se maintiendront dans les centre-villes aux côtés des très aisés, tandis que les classes moyennes poursuivront leur inéluctable rélégation en périphérie.
Il serait utile de rappeler aussi que dans deux pays, les USA et la Grande Bretagne, plus 'libéraux' en principe que le notre, le logement social est un acquis inattaquable, quelle que soit l'évolution des revenus.

Quant à l'affaire qui nous occupe, on constatera une fois de plus qu'on sanctionne sur un ton hautain et prêchi-prêcha des locataires dont la catégorie compte peu de défenseurs et une capacité de nuisance nulle. Tandis qu'on se garde de faire subir les rigueurs de la loi aux municipalités défaillantes au regard de la loi, ou à heurter les propriétaires et bailleurs privés en revenant à un encadrement pourtant instauré jadis par des gouvernements gaullistes. Cela s'appelle être doux avec les forts et dur avec les faibles. Pas très glorieux!

Jacouille 94 23/01/2009 12:03

Monsieur le député se lamente à juste propos, sur l'injustice qui frappe les demandeurs de logements sociaux non satisfaits, en vilipendant les "nantis" qui avaient certes le droit d'habiter un F5 avec leur deux enfants dans les années 1980.
Monsieur le député a-t-il pensé que les revenus de ces couples ont évolué par l'effet des augmentations et promotions qui ont été le fruit de leur travail, à une époque où "travailler plus pour gagner plus" voulait dire quelque chose ?
Aujourd'hui il est plus facile et souvent plus lucratif de rester chez soi en attendant de bénéficier des largesses dont fait preuve l'état (avec de l'argent qui n'est pas le sien) que de se lever pour chercher du travail ou d'aller "bosser".
La loi Boutin favorise cet état de fait en décourageant chez les citoyens les initiatives et la volonté d'évoluer, de peur de perdre les avantages liés à leur "précarité".
Monsieur le Député est-il personnellement confronté à cette situation ? Peut-il comprendre que ce nivellement par le bas aura des effets dévastateurs ?
A l'époque actuelle une très grande partie de la population vit d'aides de toutes sortes, distribuées sans compter par des élus tétanisés par la crainte de mouvements incontrôlables des banlieues. Ce qu'oublie notre gouvernement, c'est que sa politique de fuite en avant et de division n'aura d'autre effet que de réduire encore sa marge de manoeuvre et que tôt ou tard, cette politique se retournera contre lui.
Par ailleurs, Monsieur le Député connait-il le montant des sommes, normalement alouées au logement social, et détournées chaque jour pour boucher les trous dans le budjet ?
Un proverbe dit que prendre aux riches pour donner aux pauvres ne fait pas plus de riches mais plus de pauvres... Le manque de courage politique de nos élus fait que désormais, ce ne sont plus les riches qui sont visés, mais les classes moyennes ! Au contraire, on aide les riches (banques, constructeurs automobiles etc...)SANS DEMANDER AUCUNE CONTREPARTIE !
Il est urgent de s'unir pour contrer les décisions arbitraires de gens irresponsables.

Présentation

  • : Le blog de l'Amicale des 17 Henriettes
  • Le blog de l'Amicale des 17 Henriettes
  • : Informer, représenter, assister et défendre les locataires de la Résidence des 17 Henriettes; mais également maintenir un lien social entre tous les riverains du quartier des Larris.
  • Contact

<img src="http://perso0.free.fr/cgi-bin/wwwcount.cgi?df=[17henriettes12].dat&ft=2&st=31220&dd=garamn

Recherche

Actuellement    personne(s) sur ce blog

visiteurs